bandeau contact galerie

 

 

LA SANTE A CUBA

  1. Fontionnement du systéme de santé à Cuba
  2. La médecine infantile
  3. L'exemple de la dengue
  4. Collaborations internationales
  5. L'industrie pharmaceutique
  6. Les études de médecine

Fontionnement du systéme de santé à Cuba

pharmacie
Des dispensaires et pharmacies existent même dans les villages reculés

Dés 1961, Cuba a entrepris une modification profonde des structures. Les services de santé ont été nationalisés, et placés sous l’autorité du ministère de la Santé publique (MINSAP). La population cubaine a gratuitement accès aux services médicaux dont le réseau couvre tout le territoire national. Chaque année, l'état consacre environ 5% du PIB à la santé publique.

Dans le système de ssanté cubain, la médecine préventive a une priorité certaine. Les soins de santé primaires sont apportés par le médecin de famille. Le pays en compte plus de 29 900.

 

CUBA FRANCE
Population 11 200 000 58 607 072
Densité  (hab/km²) 100 106
Population 0-14 ans 21.87% 19.07%
Pop. 15-64 ans 68.97% 65.36%
Pop. 65 et plus 9.14% 15.36%
Indice de fécondité 1.55 1.71
Espérance de vie 76.05 ans 78.05 ans
Comparaison des statistiques Cuba/France

Pour une comparaison des espérances de vie de tous les pays de la planète (chiffres OMS)
...cliquer ICI

Les indicateurs de base de santé maternelle et infantile sont supérieurs à ceux des autres pays dits «en voie de développement», et comparables à ceux des pays hautement développés

Les principales causes d'hospitalisation sont les complications de la grossesse, les maladies respiratoires (la pneumonie, la bronchite asthmatiforme,...).

La médecine cubaine moderne a développé des techniques modernes de transplantations de reins, cœur, poumon, moelle osseuse, foie, pancréas, cornée et de transplantations nerveuses.

total médecins 67 128
...dont spécialistes 45 599
personnel infirmier 81 450
techniciens de santé 66 339
... dont collaborateurs prêtés à d'autres pays 15 000
hôpitaux 281
polycliniques 442
centre de recherches 210
lits d'hôpitaux (1998) 52 211
étudiants en médecine
 (1998)
24 341
Effectifs des personnels de santé à Cuba

Malgré la réduction des importations et l’embargo que les Etats Unis imposent, Cuba a réussi à maintenir les soins de santé primaires et hospitaliers, bien que la disponibilité en médicaments et matériel médical de base ait diminué.
Des organisations comme MédiCuba aident à la fourniture de produits pharmaceutiques et médicaux en contournant le blocus.

La médecine infantile

infantileLe taux de mortalité infantile est passé sous la barre des 7 pour mille en 2002, niveau le plus bas d’Amérique Latine, comparable à celui des pays les plus développés.

La mortalité chez les moins de 1 an est la conséquence d’affections périnatales, d’anomalies congénitales, de maladies comme la grippe ou la pneumonie et d’accidents domestiques.

mortalité infantile
Evolution de la mortalité infantile
carte infantile
assainissement
Pourcentage de population ayant accès  à un meilleur système d’assainissement

Les différences régionales entre les taux de mortalités infantiles sont peu marquées: de 4,2 ‰ dans la province de Las Tunas à 8.6 ‰ à Guantanamo. Ceci a été rendu possible par la gratuité et l’accès aux soins garanti à la campagne comme à la ville et au travail de proximité des médecins de famille…
Pendant sa première année de vie, l’enfant fait l’objet en moyenne de 25 examens médicaux et est graduellement immunisé contre 13 maladies.
Ont été ainsi éradiquées (3 années consécutives sans cas) :la poliomyélite (1962), le tétanos néonatal (1972), la diphtérie (1979), la rubéole congénitale et la méningite (1989), la rougeole (1993), la rubéole et les oreillons (1995).


L'exemple de la dengue aedes

La dengue, maladie infectieuse transmise par des moustiques comme le chikungunya qui sévit à la Réunion, est devenue ces dernières années un important sujet de préoccupation pour la santé publique internationale.

Elle sévit dans les régions tropicales et subtropicales de la planète avec une prédilection pour les zones urbaines et périurbaines. Le virus de la dengue existe sous quatre formes distinctes. La guérison entraîne une immunité à vie contre le sérotype qui a provoqué l'infection mais ne confère qu'une immunité passagère et partielle contre les trois autres.
Au niveau mondial, la prévalence de la dengue progresse de façon spectaculaire depuis quelques décennies. La maladie est désormais endémique dans plus de 100 pays d'Afrique, des Amériques, de la Méditerranée orientale, de l'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental.
Pour la seule année 2001, il y a eu plus de 609 000 cas de dengue dans les Amériques, dont 15 000 cas de dengue hémorragique, soit plus du double des cas enregistrés dans cette région en 1995. Des flambées épidémiques explosives surviennent désormais: c'est ainsi qu'en 2001, le Brésil a notifié plus de 390 000 cas, dont au moins 670 de dengue hémorragique.

Les virus de la dengue sont transmis à l'homme par la piqûre des femelles de moustiques infectées du genre Aedes. Le moustique acquiert en général le virus en se nourrissant du sang d'une personne infectée. Après une incubation de 8 à 10 jours, le moustique infectieux pourra transmettre toute sa vie le virus aux sujets sensibles. La dengue est une maladie grave de type grippal qui touche les nourrissons, les enfants en bas âge et les adultes, mais dont l'issue est rarement fatale.
Il n'existe pas de traitement spécifique. Toutefois, une prise en charge clinique attentive par des médecins et des infirmières expérimentés permet souvent de sauver les malades atteints d'une forme hémorragique. Le traitement de soutien intensif et adapté permet d'abaisser le taux de mortalité à moins de 1 %.

La mise au point d'un vaccin contre la dengue et ses formes hémorragiques est malaisée . Néanmoins, on avance dans la mise au point de vaccins susceptibles de protéger contre les quatre types de virus. Ces produits pourraient être commercialisés dans quelques années.
A l'heure actuelle, la seule méthode pour prévenir ou combattre la dengue et ses formes hémorragiques consiste à détruire le moustique vecteur. La lutte antivectorielle repose la gestion du milieu et des méthodes chimiques. L'évacuation correcte des déchets solides et l'amélioration des conditions de conservation de l'eau, font partie des méthodes recommandées dans le cadre de programmes à assise communautaire. L'épandage d'insecticides adaptés sur les gîtes larvaires empêche la reproduction des moustiques pendant plusieurs semaines mais doit être renouvelé régulièrement.

La dengue est maitrisée, voire éradiquée de Cuba comme le confirme cet extrait de rapport de l'OMS.



OMS

Fumigation à Trinidad
castro dengue

Collaborations internationalesmaradona

En 1998, le secteur de la santé comptait 63 483 médecins (un pour 175 habitants), et 9873 stomatologues (un pour 1126 habitants). Des médecins cubains travaillent aujourd’hui dans divers pays d’Afrique et d’Amérique latine.Actuellement, Cuba maintient une collaboration avec 165 pays. Fin 2003, 15000 cubains ont offert leurs services de collaboration médicale dans plus de 64 pays des cinq continents. +

Aujourd’hui, Cuba maintient des relations de collaboration avec 51 des 54 pays africains. Le programme intégral de santé continue de se consolider : offre de services d’assistance et de prévention, ainsi que la formation de ressources humaines. Il permet le développement de projets communs de fabrication de vaccins et de produits médico-pharmaceutiques.

L'industrie pharmaceutiquepharma

Elle est basée sur un solide support de recherche scientifico-technique. Elle garantit les capacités scientifiques et productives de haut niveau, capable de développer la production des produits pharmaceutiques les plus complexes.
La politique du pays a consisté à créer les nouveaux centres de recherche-production : il existe 11 instituts de recherche scientifique sur la santé à Cuba. Les pôles scientifiques se sont mis en place afin de mener une politique coordonnée de recherche et de développer une utilisation plus efficace des ressources.

Les études de médecine

opereLes études des médecins sont organisées en 3 cycles de deux années ; à l’issue du 1er cycle est délivré le diplôme de « travailleur sanitaire », à l’issue du 2ème cycle le diplôme « d’infirmier », et celui de « médecin » après le 3eme cycle.
Ce médecin diplômé commence obligatoirement sa carrière à la campagne (2 ans), et ce n’est qu’après ce travail en zone rurale qu’il peut entreprendre des études de spécialisation. Par ailleurs, tous les médecins bénéficient d’une formation permanente.